Que sait-on vraiment de la Fast-Fashion

Tout d’abord qu’est ce que la fast-fashion ? Elle désigne en réalité une tendance à multiplier de façon exponentielle les collections des marques. Certaines d’entre elles présentent une nouvelle collection toutes les deux semaines !

On assiste alors à une mode dite jetable. Elle produit ses vêtements à moindre coût sans se soucier ni de l’environnement ni du bien être social des personnes qui participent à l’élaboration des produits.

fast fashion environnement made in france vêtements forestime

On peut bien sûr se demander comment est apparu ce phénomène dévastateur. En réalité il est hérité de la seconde moitié du 20ème siècle. Il commence dans les usines Toyota et était appel le “lean management”. L’objectif de cette époque était de réduire considérablement les coûts de production. Il faut fabriquer en masse et réduire les délais d’approvisionnement. La rentabilité était alors devenue la priorité d’une grande partie des enseignes au-delà des conditions sociales et environnementales.

L’exemple le plus marquant est l’apparition des Fast Food à l’échelle mondiale. Ils proposent des produits élaborés rapidement mais qui ne sont pas toujours de qualité.  Aujourd’hui, ce phénomène touche encore beaucoup d’industries mais celle qui a le plus de conséquences environnementales et sociales est le secteur de la mode et du textile.

L’impact environnemental

fast fashion vêtements favoriser made in france environnement social

Les conséquences environnementales de la fast fashion sont alarmantes. L’industrie de la mode est la deuxième industrie la plus polluante dans le monde avec 100 milliards de vêtements vendus chaque année dans le monde  et près de 1,2 milliards de tonnes de gaz à effet de serre émis.

Tout d’abord il faut prendre en compte la production des matières premières nécessaires à la fabrication de nos vêtements. Pour pouvoir fabriquer ces vêtements, les industries exploitent massivement les ressources non renouvelables de notre planète. De plus, ils utilisent une grande quantité d’eau (environ 4% de l’eau potable sur Terre) et de produits chimiques pour la culture du sol ainsi que l’alimentation des animaux élevés pour leur laine ou leur cuir. 

A noter que le coton est l’une des principales cultures qui nécessite le plus de pesticides et d’eau douce au monde. Cette matière est présente dans la majorité des vêtements que nous portons et participe alors à la pollution des eaux. De plus, les vêtements synthétiques relâchent dans les océans des microparticules de plastique à chaque lavage.

 

Le transport

Le second élément pris en compte dans la pollution est le transport des vêtements. Qui dit de nombreuses collections dit également un transport qui ne s’arrête jamais.

Les industries étant délocalisées dans des pays d’Asie, les vêtements parcourent de très longues distances rapidement pour garantir la commercialisation des articles dans des délais très courts.  Le mode de transport le plus utilisé est alors l’avion qui est l’un des transports les plus polluants au monde. Il émet de grandes quantités de gaz à effet de serre.

La fin de vie des vêtements

fast fashion environnement néfaste vêtements pollution

Pour finir, la fin de vie des vêtements a également un impact néfaste sur l’environnement. La tendance de la fast fashion incite les clients à changer régulièrement de style vestimentaire et jeter certains vêtements achetés même pas un an auparavant. En Europe, le nombre de vêtements jetés chaque année s’estime à environ 4 millions de tonnes de textile. 80% d’entre eux sont jetés dans les ordures ménagères et finissent alors enfouis ou incinérés. Seulement 10% des vêtements sont revendus en seconde main pour être à nouveau porté et les 10% restants sont recyclés.

L’impact social

Pour réduire les coûts de production de façon drastique, les entreprises décident de se délocaliser dans les pays asiatiques notamment. La made in China a été pendant des années présent sur les étiquettes d’une multitude de marques. Aujourd’hui le niveau de vie augmente de plus en plus et le salaire des employés également. C’est pour cela que les vêtements proviennent maintenant du Bangladesh et du Pakistan qui sont tous deux les pays avec le salaire le plus bas au monde.

Les conditions de travail

Au-delà d’un salaire de misère, les employés se trouvent confrontés à des conditions de travail déplorables qui entraînent de nombreux accidents du travail. Les bâtiments abritant des centaines voire des milliers de machines à coudre sont insalubres et mettent les employés dans une situation d’insécurité.

fast fashion rana plaza bangladesh vêtements usine

En 2013, le Rana Plaza au Bangladesh s’est effondré. Des milliers de personnes ont été retrouvées sans vie sous les décombres. L’immeuble de 8 étages abritait 6 usines de confection de vêtements. La veille de la catastrophe, les employés ont constaté l’apparition de fissures sur le bâtiment et ont refusé d’entrer dans les locaux. Malgré cela, les responsables ont forcé les travailleurs à reprendre leur boulot auquel cas ils seraient licenciés. Cette catastrophe a été le cri d’alarme de l’impact de la fast fashion sur les travailleurs étrangers.

Leurs conditions de travail ne sont malheureusement pas le seul problème. Les teintures ou encore le délavage des jeans nécessitent des procédés chimiques dangereux pour la santé de l’homme. Les employés y sont confrontés tous les jours sans protections adéquates.

Comment faire face à cette nouvelle tendance

Une véritable conscience environnementale s’installe peu à peu dans les esprits de chacun. C’est pour cela qu’il est essentiel de changer nos habitudes de consommation. Il faut favoriser les produits locaux ou en tout cas des vêtements produits de façon éthique.

Se poser les bonnes questions

Les nouvelles tendances de la mode et la multiplication des collections nous incitent à acheter des vêtements dont nous n’avons même pas besoin. De plus, dû à la production de masse, les vêtements sont proposés à un prix parfois très bas. C’est pour cela que nous finissions très souvent par acheter des produits qui terminent au fond de l’un de nos tiroirs une fois que la tendance est passée.

Nous effectuons donc beaucoup d’achats compulsifs. C’est donc à nous de nous restreindre et de se poser la question de : est-ce que nous en avons vraiment besoin ?  Quel est la raison pour laquelle nous voulons acheter cet article ? En se posant ces questions, nous aidons l’environnement et nous arrêtons de saturer notre dressing pour rien !

Donner une nouvelle vie à vos vêtements

couture faire sois même fast fashion made in

L’idée d’acheter pour assouvir un besoin est la première chose à laquelle on pense. Cependant, il est possible de créer de nouveaux vêtements à partir de notre propre garde robe et ça gratuitement ou à très petit prix ! En faisant preuve d’un peu de créativité, un vieux jean qui traine au fond de votre armoire peut devenir un nouveau short très tendance pour l’été. Le tissu restant peut même servir pour la confection d’accessoires.

C’est une solution écologique et peu coûteuse qui permettra de prolonger le cycle de vie de vos vêtements.

La seconde main donne une nouvelle vie à vos vêtements

Friperie, site de revente, braderie, tous les moyens sont mis à votre disposition pour acquérir des vêtements de seconde main. C’est un marché florissant et est de nouveau revenu à la mode pour le plus grand plaisir de notre planète.

Il est devenu très simple d’acheter des vêtements de seconde main originaux et parfois même qui sont encore avec leur étiquette. Plusieurs sites internet proposent ce type d’article.

La location de vêtements comme nouvelle tendance

A l’occasion de grands évènements nous avons tendance à nous faire plaisir et aller acheter de belles pièces. Une robe élégante, un sac à main, de beaux bijoux qui sont pour la plupart hors budget et que nous ne porterons qu’une seule fois.

Pour pallier ce problème, il est désormais possible de louer des accessoires et vêtements auprès d’entreprises spécialisées. On retrouve alors 1robepour1soir ou Lecloset. C’est alors l’occasion de porter des vêtements ou accessoires que nous avons imaginé en rêve et pour un prix très raisonnable. C’est également un moyen de réutiliser des vêtements au lieu de les acheter pour ne jamais les mettre.

Acheter des marques éthiques

De plus en plus de marques émergent et mettent en avant leur conscience écologique. Elles optent pour du Made In France, choisissent des matériaux recyclés ou encore supprimant complètement les produits chimiques dans leur processus de fabrication.

Ces marques ont pour objectif de ne pas générer de déchets en utilisant des matériaux recyclés et recyclables. Certaines marques étant réputées pour être des marques de fast fashion essayent d’opter tout doucement pour une mode durable. Elles intègrent des matériaux recyclés et organiques en évitant notamment la création de vêtements avec des matériaux tout droit venus des animaux.

made in france fast fashion vêtements éthiques forestime

Le made in France est également une très bonne alternative pour pallier les problèmes environnementaux et sociaux. Le transport tout d’abord est plus direct et ne nécessite pas l’utilisation d’avion ou de cargo. De plus, les conditions de travail et le salaire des employés sont minutieusement examinés pour qu’ils travaillent dans une atmosphère plus que convenable. Le personnel est formé et a à disposition des matériaux et des machines adaptés qui garantissent une grande qualité des produits.

 

C’est pour cela que forESTIME a décidé de produire ses vêtements en France. Nous voulons participer au développement des industries françaises et au bien être de l’environnement.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *